Partager
Version imprimable

Résidences

Accueil de compagnies en Résidences

Présentation 

La ville de Saint-Maixent l’Ecole souhaite aider les compagnies théâtrales professionnelles dans leur travail de création par la mise à disposition d’un équipement adapté et dédié au spectacle vivant. La résidence doit permettre à la compagnie de disposer de temps et de moyens techniques pour contribuer à sa « production ». Elle souhaite en parallèle faire partager ce temps de création et de diffusion aux publics spécifiques saint-maixentais et principalement les scolaires.

 

Condition d’accueil

Sur présentation du projet de résidence et selon la disponibilité de l’Espace Agapit, la ville de Saint-Maixent l’Ecole peut apporter un soutien logistique (prêt de salle) afin de fournir les conditions matérielles nécessaires au travail de création/ reprise des compagnies. En contrepartie et sur conventionnement les compagnies s’engagent à assurer un travail en direction de publics spécifiques en lien avec la création (rencontres, restitutions,…) selon des conditions définies au préalable.

 

Résidences 2018-2019

(cliquez sur les images pour découvrir des extraits)

 

6-CLONES : Compagnie E.go

 

- du lundi 10 au vendredi 21 septembre 2018 : Accueil de la compagnie E.go à l'Espace Agapit à l’occasion d’un temps de travail artistique et technique autour du spectacle « 6-clones », et programmation du spectacle LE VENDREDI 18 JANVIER 2019 à 20h30.

 

 

Eric Mezino s’interroge  sur la perte de l’émotion, de l’expression, de la 
personnalité, de l’environnement des individus dans la société, au profit de 
l’utilisation systématique de machine dans la communication et la relation 
entre les personnes.
Si les relations entre les hommes se déhumanisent, nous cherchons, 
paradoxalement et en permanence à humaniser  “la machine”,  au point 
de la faire réagir à nos actes, à nos sentiments, à la rendre plus humaine.
N’y-a-t-il pas, sur ce point, ambiguïté et confusion sur la vraie utilité et 
utilisation de la “machine“ ?
Synopsis 
Chaque personne voit se construire des clones, dans son environnement 
proche comme dans les machines qu’elle utilise.Sont-ils les symboles de 
la normalité, de notre société, incarnent-ils la soumission, la perte de l’âme 
et de la personnalité ? 
Y aurait-il quelque chose de dramatique, de tragique dans ce monde ? 
Avons nous un clone ou ne sommes nous pas le Clone de quelqu’un.
Er pourtant, la norme ne vise-t-elle pas à ce que chaque individu soit libre 
de ses faits et gestes. Pas seulement dans la croyance mais aussi dans 
l’acte de “vivre”, de pouvoir être libre et de se fier à son libre arbitre ?

Eric Mezino s’interroge  sur la perte de l’émotion, de l’expression, de la personnalité, de l’environnement des individus dans la société, au profit de l’utilisation systématique de machine dans la communication et la relation entre les personnes.Si les relations entre les hommes se déhumanisent, nous cherchons, paradoxalement et en permanence à humaniser  “la machine”,  au point de la faire réagir à nos actes, à nos sentiments, à la rendre plus humaine.N’y-a-t-il pas, sur ce point, ambiguïté et confusion sur la vraie utilité et utilisation de la “machine“ ?

Synopsis 

Chaque personne voit se construire des clones, dans son environnement proche comme dans les machines qu’elle utilise.Sont-ils les symboles de la normalité, de notre société, incarnent-ils la soumission, la perte de l’âme et de la personnalité ? Y aurait-il quelque chose de dramatique, de tragique dans ce monde ? Avons nous un clone ou ne sommes nous pas le Clone de quelqu’un.Er pourtant, la norme ne vise-t-elle pas à ce que chaque individu soit libre de ses faits et gestes. Pas seulement dans la croyance mais aussi dans l’acte de “vivre”, de pouvoir être libre et de se fier à son libre arbitre ?

lien

________________________

JEANNE M : Compagnie Anne Dussidour

 

 

- du lundi 1er  au vendredi 5 octobre 2018 : Travail de reprise du spectacle "Jeanne M" à l'Espace Agapit, et programmation du spectacle LE VENDREDI 5 OCTOBRE à 20h30 à l'occasion d'une semaine "Nouvelle Vague".

 

Au plateau, deux femmes pour jouer Jeanne Moreau, l’actrice et la chanteuse, qui, au cours du spectacle, échangent leur rôle, effaçant ainsi la frontière entre les deux pour n’en jouer qu’une : ELLE. Un homme pour les jouer tous : LUI.
A l’écran, des scènes muettes noir et blanc projetées pendant le spectacle et accompagnées « en live » par un trio de musiciens issus du jazz et de la chanson.
 
« Pièce musicale hommage à Jeanne Moreau : la femme publique, l’actrice, la chanteuse mais aussi à ses auteurs, compositeurs et réalisateurs qui, en inventant ce qui fit La Nouvelle Vague, l’ont révélée… Les textes, musiques et images sont inspirés de films des années 60, d’enregistrements et d’interviews.  La finalité de cette création artistique n’est pas d’interpréter Jeanne Moreau jouant, mais de restituer, à travers cette évocation, ce qui a contribué à façonner son identité artistique et La Femme qu’elle est devenue : indépendante». Anne Dussidour.
 
Avec : Mathieu Desbordes, Pierre-Yves Desoyer, Anne Dussidour, Frédérique Lucas, Roman Suarez-Pazos.
Direction artistique : Anne Dussidour
Mise en scène : Aude Suarez-Pazos

lien

________________________

NOS VIES... : Aline & Compagnie

 

- du lundi 18 au vendredi 22 février 2019 : Accueil de la compagnie Aline & Cie à l'Espace Agapit à l’occasion d’un temps de travail autour du spectacle d'improvisation « Nos vies... », et sortie de chantier LE VENDREDI 22 FEVRIER 2019 à 20h30 (entrée libre).

 

 

Eric Mezino s’interroge  sur la perte de l’émotion, de l’expression, de la 
personnalité, de l’environnement des individus dans la société, au profit de 
l’utilisation systématique de machine dans la communication et la relation 
entre les personnes.
Si les relations entre les hommes se déhumanisent, nous cherchons, 
paradoxalement et en permanence à humaniser  “la machine”,  au point 
de la faire réagir à nos actes, à nos sentiments, à la rendre plus humaine.
N’y-a-t-il pas, sur ce point, ambiguïté et confusion sur la vraie utilité et 
utilisation de la “machine“ ?
Synopsis 
Chaque personne voit se construire des clones, dans son environnement 
proche comme dans les machines qu’elle utilise.Sont-ils les symboles de 
la normalité, de notre société, incarnent-ils la soumission, la perte de l’âme 
et de la personnalité ? 
Y aurait-il quelque chose de dramatique, de tragique dans ce monde ? 
Avons nous un clone ou ne sommes nous pas le Clone de quelqu’un.
Er pourtant, la norme ne vise-t-elle pas à ce que chaque individu soit libre 
de ses faits et gestes. Pas seulement dans la croyance mais aussi dans 
l’acte de “vivre”, de pouvoir être libre et de se fier à son libre arbitre ?

Nos vies sont faites de rire, de larmes, d'épreuves, de frustrations, de joies ... Et si on profitait de tout ça pour improviser ? Pour raconter, chanter, inventer des nouvelles vies ou les modifier pour en arranger la vérité... Dans Nos Vies, Igor Potoczny se lance le défi de s'appuyer sur nos vies, de les mettre en mots, de déposer son imaginaire sur des bouts de nos vies. La première dent du petit, votre premier amour, vos vacances, vos parents, vos grands-parents, votre place dans la famille, vos colères, etc … 

 

lien

 

 

 

 

________________________


PETITS SURSAUTS ET GRANDES FRAYEURS : Compagnie Autour de Peter


- du lundi 20  au vendredi 31 mai 2019 : Travail de création du spectacle "Petits sursauts et grandes frayeurs" à l'Espace Agapit.

Petits Sursauts et Grandes Frayeurs, c'est l'envie de travailler autour des nombreuses peurs qui régulent notre vie sociale (crises, état d'urgence, identité nationale... ) et qui influencent nos vies intimes (peur de vieillir, de mourir, de l'inconnu...). Ce spectacle sera l'occasion de prendre du recul sur nos frayeurs quotidiennes, de faire preuve d'auto-dérision sur nos peurs irrationnelles, voire de rire franchement de nos angoisses, des plus graves aux plus futiles.

Le souhait d'un texte écrit sur mesure, une mise en scène dynamique mêlée de caustique, de burlesque, d'absurde et de tragédie.

De musique aussi. Lier le tout, construisant ainsi une œuvre rythmique autant dans les mots, de situations que dans les mélodies.

 

lien

 

________________________

 

ROAD TRIP ONIRIQUE : Goupile et Coyotte

 

- du lundi 24 au vendredi 28 juin 2019 : Accueil du duo Goupile et Coyotte à l'Espace Agapit à l’occasion d’un temps de travail autour du spectacle "Road Trip Onirique. 

 

Chansons originales révélant un univers poétique, loufoque, burlesque mais pas que…

Ce spectacle musical sera conçu comme une ode à la fantaisie. Une place sera faite à l'art de l'absurde, et au décalage poétique qui surplombe la tragédie. On y ressentira en filigrane l’univers de Brigitte Fontaine et Arthur H.

Les thèmes abordés se veulent éclectiques. Nous souhaitons proposer au spectateur une ballade à travers notre univers onirique, aussi libre que possible pour l’embarquer avec son propre imaginaire. Nos histoires oscilleront entre masculin et féminin pour s’adresser à l’Humain. Nous explorerons l’absurdité du quotidien à travers quelques portraits de protagonistes hauts en couleurs : solitaires, en route, en lutte, funambules se questionnant, personnages tendus entre nature et urbanité, entre l’ennui et la contemplation, la norme et la folie, la tragédie et la comédie mêlées….

 

lien

 

Pour tout renseignement, contacter le Service Culturel au :
05 49 76 13 77
Courriel